Sélectionner une page

Comment en finir avec la procrastination passive

par | Développer sa confiance en soi


Savez-vous que nous ne procrastinons pas tous de la même manière et que notre façon de le faire peut révéler beaucoup sur notre personnalité ?
Pourtant, lorsqu’on parle de procrastination, on pense uniquement au fait de remettre au lendemain ce que nous devons accomplir.
C’est pourquoi dans cet article, je vais vous aider à trouver comment arrêter de procrastiner de la façon la plus efficace pour nous. Cela évidemment en tenant compte de vos particularités. Car, il y a bien différentes sortes de temporisation.

Et devinez quoi ? Notre façon d’opérer en ce domaine serait déterminée par notre degré de bien-être.

Par ailleurs, la procrastination peut aussi être un message de notre corps. En effet, celui-ci peut nous signaler que le moment pour exécuter la tâche n’est pas adapté à notre niveau naturel de vitalité.

C’est pourquoi il est important de comprendre d’abord notre procrastination afin d’être efficaces dans ce que nous mettons en place pour arrêter de procrastiner.

 

Comment arreter la procrastination

 

 

Reconnaître son style de procrastination 

 

Vous pouvez vous considérer comme un procrastinateur actif si :

  • Vous avez tendance à retarder votre action jusqu’à ressentir la pression exercée par l’approche de l’échéance. Vous êtes alors motivé à agir dans l’urgence
  • Vous décidez intentionnellement de retarder l’exécution d’une tâche et restez flexible dans votre agenda
  • Vous êtes capable de cerner combien de temps et d’efforts sont nécessaires pour accomplir une certaine tâche
  • Vous obtenez en général des résultats plus que satisfaisants pour vos efforts, malgré des retards dans l’exécution.

Étonnamment, les procrastinateurs actifs se trouveraient parfois même plus productifs que les « non procrastinateurs ».

Vous êtes un procrastinateur passif si :

  • Vous avez du mal à prendre des décisions rapides et efficaces
  • L’approche d’une échéance vous fait sentir de la pression et génère de l’anxiété en vous
  • Vous doutez de votre capacité à obtenir de bons résultats
  • Vous croyez ne pas être en mesure de respecter les délais
  • Vous préférez vous concentrer sur des tâches moins importantes pour ne pas affronter ce que vous devez entreprendre
  • Vous ne parvenez pas toujours à un résultat qui vous satisfait


Quel lien entre bien-être et propension à reporter au lendemain ?

Une étude réalisée par une université australienne de psychologie a permis de comprendre deux différentes formes de procrastination.
Ainsi, nous adoptons l’une des deux en fonction de notre niveau de bien-être. En effet, quand nous nous sentons bien sur le plan psychologique, nous adoptons une forme de procrastination plutôt active.
Inversement, notre procrastination resterait plus passive lorsque nous ne nous situons pas au top de notre bien-être.

Les multiples facettes du bien-être

Les aspects concrets de notre bien-être comprendraient au moins six variables principales telles que :

  1. le sens de l’objectif que nous nous sommes fixé
  2. la maîtrise de notre environnement
  3. notre autonomie
  4. notre acceptation de soi
  5. nos relations positives avec les autres
  6. notre croissance personnelle

Un manque dans les trois premières peut augmenter significativement la temporisation sous toutes ses formes.
Cependant, il faut noter qu’une trop grande acceptation de soi peut aussi nous amener à entretenir la procrastination passive. Un peu comme si on la vivait comme une fatalité.

L’influence du niveau de bien-être sur la procrastination

Les études ont pu montrer que les procrastinateurs actifs semblent avoir des niveaux d’anxiété et une propension à la dépression plus faibles que les passifs. Toutefois, nous avons tous pu observer combien le fait de tergiverser et de tarder à agir peut nous causer du stress.
Voilà donc une raison essentielle pour trouver comment arrêter de procrastiner !

 

 

Si la procrastination active peut être améliorée en gérant le temps et les priorités, la procrastination passive nécessite quant à elle un travail plus en profondeur sur le bien-être global du procrastinateur passif.

La question est donc de savoir comment s’y prendre pour arrêter cette procrastination.

 

Secret #1 pour arrêter de procrastiner : améliorer son bien-être psychologique

🦋 Développer son autonomie

L’autonomie favorise l’indépendance et le sentiment de liberté. Cela permet de réduire les menaces d’être rejeté, que l’on pourrait ressentir de la part de ceux qui constituent notre environnement.

De ce fait, acquérir et développer de l’autonomie sera un important facteur de motivation dans ce que nous réalisons. C’est une source de bien-être, directement liée à l’action et qui, de ce fait, contribue à limiter l’attentisme et permet d’arrêter de procrastiner (au moins de façon passive).

🍂 Maîtriser son environnement

C’est connaître les ressources dont on bénéficie autour de soi et être au fait de comment les intégrer dans ses projets professionnels ou personnels. Lorsqu’on sait de quoi nous pouvons disposer dans notre avancement, la peur de l’inconnu va diminuer. Nous créons un cadre de confiance qui nous rassure.

Cela permet de développer un sentiment de contrôle dans nos expériences de vie. Par conséquent, on va agir avec plus de sérénité, sans hésiter ou chercher à remettre à plus tard.

🌻 Nourrir ses valeurs

Lorsqu’on se surprend en plein délit de procrastination, il est intéressant de se demander si ce que nous avons à accomplir nourrit bien ce qui paraît important pour nous.

Une étape primordiale pour garantir notre bien-être résiderait donc dans notre connaissance des valeurs qui nous portent. Cela permet de trouver du sens à ce qu’on entreprend. L’action apparaîtra d’autant plus facile à conduire qu’elle nourrira ces valeurs et nous trouverons naturellement comment cesser de procrastiner.

Secret #2 pour arrêter la procrastination : planifier ses actions selon son chronotype

Quand le corps ne veut pas suivre

On a parlé du bien-être psychologique et de son effet sur la procrastination. Mais qu’en est-il du bien-être physique ?

Lutter contre la temporisation implique aussi de mobiliser de l’énergie pour se mettre en action.
Si parfois nous ne sentons tout simplement pas une vitalité suffisante pour agir (une fois toute problématique éventuelle de santé écartée évidemment), la question du moment peut alors devenir décisive pour réaliser nos tâches.

⏰ Connaissez-vous votre chronotype ?

Le chronotype est la manifestation de notre rythme biologique sur une durée de 24 heures. Il définit notre préférence pour la partie de la journée où nous nous sentons plus aptes à mener les activités les plus importantes. Il dépend donc de la variation de notre niveau d’énergie au fil des heures.
C’est de cette façon que notre horloge naturelle influence le succès de notre journée.

Dans son livre « Quand », paru aux éditions Belfond en 2017, le Dr Michael Breus, psychologue spécialiste des troubles du sommeil, a développé quatre profils de chronotypes basés sur des comportements spécifiques aux animaux.
Ceci dit, je ferai plus tard une présentation plus détaillée des conseils de ce livre. Il très intéressant pour la gestion du stress et la confiance en soi en général. Mais en attendant, je vous amène les points importants ici.

 

Les 4 grands chronotypes pour mieux comprendre la temporisation et en finir avec la procrastination

>>> Si vous êtes comme le lion

Le lion est très matinal et déborde d’énergie au réveil pour entamer leur journée avec leur activité la plus importante : chasser.
Si votre chronotype est celui du lion, vous aimez vous lever tôt le matin pour être directement dans l’action et prendre en main vos tâches les plus exigeantes sans hésiter. C’est le moment où votre esprit est le plus alerte et où vous êtes capable de décider rapidement.

C’est le chronotype des personnes qui aiment fixer des objectifs et vont tout faire pour les atteindre. Les lions ne sont pas souvent confrontés à la procrastination. Mais même si vous avez le chronotype du lion, vous restez un être humain qui peut avoir ses périodes de faiblesse.
Vous saurez que programmer d’exécuter très tôt le matin ce qui vous fait tergiverser, va vous permettre de profiter de votre meilleur niveau d’énergie pour le réaliser.
Le soir venu, vous pouvez remettre les choses à faire au lendemain car vous risquer de traîner pour les réaliser.

>>> Si vous êtes comme le dauphin

Le dauphin ne dort que d’une moitié de son cerveau, car l’autre partie reste éveillée pour surveiller les prédateurs. Les humains ayant ce chronotype possèdent un sommeil très léger et se réveillent souvent avec une sensation de fatigue. Ils sont aussi parfois sujets aux insomnies.
Ils ne vont pas prétendre au meilleur de leur performance durant le jour. Leur niveau d’alerte arrive tard le soir. Les dauphins sont d’une grande intelligence. Mais, ils sont très portés sur le détail et leur recherche continue de perfection va les conduire à temporiser.

Si vous avez ce chronotype, vous saurez que la soirée s’avère être le moment le plus approprié pour vous plonger corps et âme dans l’action.
Alors, si vous procrastinez sur un projet, profitez de votre journée pour accomplir autre chose qui demande moins d’énergie et différez ce qui demeure important pour y dédier votre soirée.

>>> Si vous êtes comme l’ours

On pourrait dire que ce chronotype est à l’image de Baloo dans le Livre de la jungle. Le Dr Breus décrit le profil de l’ours comme celui d’un être sociable, qui vit au rythme de la société. Il est productif le jour et se repose la nuit.
Peu touché par le stress, il profite des heures comme elles se présentent et demeure émotionnellement stable.

Si vous êtes de ce chronotype, votre niveau d’énergie est équilibré au fil de la journée, même si les réveils peuvent quand même être assez longs.
Pour ne plus procrastiner, planifiez vos tâches qui réclament de l’interaction une fois que vous aurez pris un bon petit déjeuner et plutôt vers le milieu de la matinée.
Pour les choses qui demandent de la concentration et des réflexions plus approfondies, vous aurez moins envie de les temporiser en les reculant dans la deuxième partie de la journée.

>>> Si vous êtes comme le loup

Vous avez besoin de dormir le plus possible le matin. Votre meilleur niveau d’énergie arrive en fin d’après-midi. Vous êtes impulsif et spontané et votre sursaut de vitalité s’éveille le soir venu. Même si la solitude ne vous effraie pas, vous aimez aussi participer à une riche vie sociale, jusque tard dans la nuit.

Pour profiter des bénéfices de votre chronotype, retardez les décisions que vous redoutez pour la fin de la journée. Attelez-vous le soir aux tâches que vous reportez depuis un moment. Vous aurez l’avantage de votre plus haut niveau d’énergie pour ne plus temporiser ce que vous devez de toute évidence accomplir.

Secret #3 pour arrêter de procrastiner : avoir un partenaire d’action

Il se trouve parfois que le fait de vous sentir bien dans vos baskets et de respecter votre horloge biologique ne suffit pas à vous mettre à l’action. L’intervention d’une personne extérieure à votre cercle quotidien pourrait alors se révéler être la clé.

Si ça ne marche pas face à vous-même

Vous est-il déjà arrivé de vous lancer dans un abonnement à une activité sportive ? Et vous constatez, désenchanté, qu’au bout de quelques séances, toute la bonne volonté du monde et les merveilleuses résolutions pour prendre soin de notre santé se volatilisent.
On va commencer par reporter à un jour où il ne pleut pas, où il ne fera pas trop froid, pour ne pas s’enrhumer à aller dehors après la fatigue du travail. Puis on reporte parce qu’il fait bien trop beau pour s’enfermer dans un local.
À la cinquième session, on traîne péniblement les pieds jusqu’à la salle de sport. Puis après, on connaît tous la suite de l’histoire…

Je prends cet exemple, car il est assez universel. Il fait probablement partie des résolutions les plus fréquemment prises et aussi les plus tristement abandonnées. D’ailleurs si  vous voulez savoir comment enfin tenir vos résolutions, allez voir cet article que je vous ai préparé sur le sujet. Ma méthode en 2 mots vous plaira à coup sûr 😀.

Le pouvoir de l’engagement envers les autres

Si vous effectuez une expérience identique en vous engageant avec un ami, vous verrez que vous vous sentirez bien mal de valider des excuses sur la météo ou autre pour le laisser en plan.
Même si la petite voix dans votre tête vous rappelle à quel point le canapé est confortable et qu’il n’y a aucune urgence à aller se faire souffrir dans un centre sportif, lorsque vous entendrez la sonnerie de votre porte retentir, parce que votre binôme vient vous chercher, une nouvelle énergie surgira de votre corps et vous expulsera avec une certaine bonne humeur hors de chez vous.

Pour cette raison, lorsque vous avez cerné votre tendance à la procrastination, il peut être salutaire d’évoluer avec des partenaires d’action. Que ce soit une équipe sportive ou avec des personnes qui partagent les mêmes passions ou préoccupations que vous, avoir quelqu’un qui vous évoque inconsciemment ce que vous avez à faire est un des meilleurs moyens de mettre fin à la tergiversation.

En résumé, voici comment (enfin) en finir avec la procrastination

1 – Vous assurer de l’état de votre bien-être
2 – Adapter votre planning à votre chronotype
3 – Trouver un partenaire d’action

Il n’est pas facile d’ arrêter la procrastination passive. Elle peut vous faire vous sentir coupable de ne pas réaliser ce que vous avez à faire et cela affecte inévitablement la confiance en soi.
Mais, il est possible de changer les choses et la principale clé reste avant tout de prendre soin de votre bien-être psychologique.

Vous aurez ensuite le loisir d’adapter votre plan d’action selon les spécificités de votre rythme biologique, en tenant compte de votre chronotype.
Enfin, il ne vous restera plus qu’à vous motiver avec l’aide d’un partenaire d’action. Ce dernier pourra vous aider à respecter les délais et à aller au-delà de votre tendance à la temporisation.

Pour découvrir d’autres astuces antiprocrastination, vous pouvez faire un tour sur le blog pandaproductif.fr qui avec des conseils sur l’organisation, comme  l’intérêt des « to do lists », vous distille avec peps, les bonnes habitudes à prendre pour être productif sans se tuer à la tâche.
Tatiana vous y a concocté tout un receuil sur comment arrêter de procrastiner, avec d’autres méthodes proposées par différents blogueurs.

Maintenant que la question du comment arrêter de procrastiner n’a plus aucun secret pour vous,  dîtes-moi si les clés, que j’ai partagées avec vous, vous parlent !

 

 

 

 

Références :

  • When, Michael Breus
  • Psychological Well-Being and Its Relationships with Active and Passive Procrastination Habelrih & Hicks, 2015
  • Zohar & al. Active and passive procrastination in terms of temperament and character, Zohar & al, 2019

18 Commentaires

  1. Merci pour cet article très intéressant et complet. La procrastination concerne tout le monde je pense. Personnellement, je procrastine sur les choses que je n’aime pas. Par contre, je n’ai aucun problème dès lors que les actions à mener sont en cohérence avec mes valeurs et ce qui m’anime le plus. Sur ce, belle journée à toi.

    Réponse
  2. Article super intéressant et qui nous en apprend réellement sur nous-même notamment le passage sur les chronotypes. Be

    Réponse
  3. Beau Travail.

    Réponse
  4. Je ne connaissais pas le types de chronotypes ! c’est super intéressant, je suis clairement Lion, j’adore 😁😎!!! Et ça me confirme que j’envoie du lourd le matin 😋 !

    Réponse
  5. Article très intéressant ! J’aime beaucoup le fait que tu expliques qu’il ne s’agit pas uniquement de méthodes d’organisation pour « vaincre » la procrastination. Si l’on est procrastinateur « passif », et que cette procrastination est le reflet d’un mal-être, un travail de fond sera peut-être plus utile que de simples techniques d’organisation. Même si la méthode des petits pas peut aussi aider à sortir progressivement du mal-être, en fonction de la situation. La question des chronotypes est aussi très intéressantes : il faut adapter les recettes à notre propre fonctionnement !

    Réponse
  6. Merci pour le schéma très clair et très instructif. Je pense qu’on a tous besoin de savoir dans quelle situation on se trouve pour mieux avancer dans nos objectifs. 🙂

    Réponse
  7. Bonjour,

    Je viens d’apprendre que je suis de type Lion, le matin, c’est mon dada !
    Super cet article !
    J’ai justement rédigé un article sur le sujet. Je vais clairement mettre un lien vers votre blog. Il permettra aux lecteurs de savoir s’identifier.

    Merci pour cet excellent travail !

    Au plaisir d’une prochaine lecture 🙂

    Réponse
  8. Merci j’ai appris plein de choses. C’est le chromotype du lion qui a le plus attiré mon attention…super intéressant!!

    Réponse
  9. Top. J’aime beaucoup ce genre d’article.
    Je pense que je suis Dauphin, merci de m’avoir fait découvrir cela. Mais je pense que j’ai du débuter ma vie en tant que : Ours. Et bien que je préfère être matinale comme le lion, J’ai la sensation que le dauphin me caractérise le plus, j’acquière de l’énergie au fur et à mesure que la journée passe.

    Réponse
  10. Super article ! très intéressant. Je me reconnais dans le dauphin malgré le fait que j’apprécie être levée tôt le matin tel un lion. Merci beaucoup pour cet enrichissement 🙂

    Réponse
    • Merci pour ton retour Tiphany. Cela me fait plaisir de savoir que ce que je partage enrichit mes lecteurs.

      Réponse
  11. Bel article qui apporte une approche simple et efficace pour se mettre en route … j’aime beaucoup et vais m’inspirer de ces bons conseils

    Réponse
    • Ravie que mes conseils puissent te servir. Merci Eric d’avoir pris le temps de me faire ce retour 🙂

      Réponse
  12. J’apprend ainsi que je fais de la procrastination passive.je trouve toujours des raisons à pousser une activité à demain
    présentement je n’arrive pas à trouver mon chronotype vu que je suis déconcentré à tout moment par mon bébé mais j’espère enfin mettre de l’ordre dans mon agenda
    Merci..!!!

    Réponse
    • Merci Carine pour ton partage d’expérience. Je pense qu’on oscille tous entre la procrastination passive et active selon le sens que l’on trouve dans ce qu’on a à réaliser et selon notre état de fatigue. Je comprends ton point sur le chamboulement du rythme naturel avec l’arrivée d’un bébé. Dans ce cas précisément, tu peux peut-être te baser sur ton chronotype avant bébé pour t’aider à tranquillement « remettre de l’ordre dans ton agenda ».

      Réponse
  13. Merci pour ce chouette article ! Je ne connaissais pas les chronotypes, mais cela me parle beaucoup !
    Personnellement, j’avais remarqué que je procrastinais sur des tâches que je trouvais inutiles ou qui m’avaient été imposées par d’autres. Je finissais toujours par supprimer ces tâches de ma to do list, et ça faisait un bien fou !

    Réponse
    • Trouver du sens à ce qu’on fait est effectivement indispensable pour ne pas procrastiner. Je suis tout à fait de ton avis sur le fait de supprimer les taches qui ne nous semblent pas utiles et ne résonnent pas en nous. Merci pour ton commentaire Samia !

      Réponse
  14. Bonjour Véro,
    Je découvre que je suis un drôle d’animal : un dauphin/loup !! Curieux mélange.
    Merci pour cet article

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Comment j’ai osé faire ma première vidéo sur YouTube - […] que cette petite expérience vous encourage.J’espère que je vous ai un peu donné envie de ne plus procrastiner, de…

Qu'en pensez-vous ?

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :