Sélectionner une page

Comment j’ai osé faire ma première vidéo sur YouTube !

par | Batir sa confiance en soi

Pourquoi vous parler de comment j’ai osé faire une vidéo sur YouTube ?

Aujourd’hui, j’avais envie de partager quelque chose de personnel et d’écrire sur ma progression dans l’univers intimidant du web.
Je sais aussi que devoir exposer son image sur Internet peut-être une réelle épreuve pour beaucoup d’entre nous. On va alors procrastiner de toutes les façons pour ne pas s’y mettre. Même si on sait qu’on en a besoin pour développer notre activité professionnelle.

☝🏽 D’où est venue l’idée de faire cette première vidéo

Il y a quelques jours, je venais donc tout juste de rédiger un article sur comment ne plus avoir peur du regard des autres, lorsque j’ai vu l’avis de concours du Club privé Blogueur Pro d’Olivier Roland. C’était une demande de témoignage, à faire sous forme de vidéo YouTube, sur comment le fait de suivre la formation de Blogueur Pro a changé ma vie. Comme pour n’importe quel jeu-concours, les meilleures réalisations allaient être récompensées.

👀 Un enthousiasme hésitant

Je l’entendais d’abord comme un jeu. Puis, dans la mesure où ce programme a concrètement transformé toute mon organisation dans ma vie, j’ai de suite voulu y participer. Mais mon enthousiasme a été vite calmé quand j’ai pensé à ce que cela impliquait.

Après réflexion, je me suis quand même dit que publier sur YouTube n’était pas une option que j’avais envisagée dans mon parcours. Bien que ce soit préconisé à un moment dans la formation que je suis.

🧗‍♀️ De vraies peurs à surmonter

D’une part, j’avais peur du temps que la production de l’enregistrement allait me prendre. En regardant quelques youtubeurs avec leurs montages professionnels, j’ai associé une image très technique à cette plateforme de diffusion. Et la technique et moi, on commence à peine à s’apprivoiser.

D’autre part, l’idée de montrer “mon chez-moi” au monde entier ne m’enchantait pas. Oui, parce qu’avant d’y être, on croit que toute la planète regarde chaque vidéo qui s’y trouve. 😁
Même si j’avais déjà réussi à passer la phase de partager des vidéos de moi sur internet, cela se limitait à des petits groupes, dont je connaissais  personnellement certains membres.

Alors, comment jai osé créer une chaîne YouTube destinée à des inconnus ?

Comment oser m’adresser en vidéo à des gens que je ne connais pas, que je ne vois pas et que ne verrai jamais ? C’était ma drôle d’expérience pour commencer cette année.

Je vous raconte ici mes 3 étapes pour réussir à appuyer sur le bouton « publier » 🥳.

1 — Remettre les choses dans leur contexte en me reconnectant à mon réel pourquoi

👉🏽 Quel est mon vrai pourquoi dans cette démarche ?

En choisissant de me spécialiser dans la confiance en soi et la gestion du stress pour mon activité de coaching, je veux aider les autres à se trouver, s’accepter et s’affirmer sans peur.

Mais qui vais-je pouvoir servir si personne ne sait ce que je fais ?
Et comment arriver sous les yeux de la personne qui aurait besoin de moi si je ne me montre pas ?

👉🏽 Trouver du sens au fait de faire des vidéos sur YouTube

En me posant ces questions, je me suis souvenue d’une chose importante pour moi.
En effet cette année, le maître mot que j’ai choisi pour me guider est « oser » et ma destination est bien «Internet », comme je l’explique dans cet article qui, au lieu de souligner les traditionnelles résolutions, aide à définir un cap pour l’année.

2 — Accepter que tout le monde n’aimera pas mes vidéos

👉🏽 Mesurer les risques de ce qui me fait peur en faisant des vidéos sur YouTube

Tant qu’on ne prend pas le risque de s’exposer, on peut se leurrer avec une vision erronnée de la réalité. On aura beau imaginer la malveillance ou la bienveillance des autres, on ne le saura qu’en y allant.

Pour ma part, j’avoue que j’aime penser que nous, êtres humains, sommes foncièrement bons. C’est d’ailleurs, une des raisons qui me tient motivée dans mon travail d’accompagnement. Je suis convaincue que chacun de nous porte de l’amour en soi, malgré nos blessures que l’on n’a pas forcément appris à les soigner et qui cultivent nos zones d’ombre.

Je suis donc persuadée que personne n’est foncièrement mauvais. Lorsque nous ne sommes pas dans la bienveillance, c’est qu’il existe des blessures à soigner et des manques d’amour à combler. De l’amour pour soi et pour la vie, qui inclut de fait les autres.

C’est de cette façon que j’essaie de comprendre les zones d’ombres des gens qui interagissent avec moi. Ainsi, j’apprends à accepter que ce que les autres manifestent envers moi, peut tout à fait ne rien à voir avec qui je suis.
C’est d’autant plus vrai s’ils ne me connaissent pas personnellement.

👉🏽 Garder du recul dans les interactions

Si quelqu’un m’exprime des attaques personnelles, je conclurai que c’est une personne qui manque d’amour pour elle-même. Je passerai à autre chose ou aux autres personnes plus agréables par exemple. C’est aussi à nous de choisir la vibration qu’on accepte de l’extérieur.
C’est ce que je pratique déjà dans la vraie vie, non virtuelle et ça fonctionne plutôt bien. J’ai donc cessé de me laisser torturer par la petite voix qui dit « non, non, non ne te montre pas sur YouTube »…

3 — Avoir conscience de mes ressources disponibles

👉🏽 Connaître les choix dont je dispose

Une autre question que je me suis posée et qui m’a permis de complètement dédramatiser cette action d’ouvrir une chaîne sur Youtube, est tout simplement : « Qu’est-ce qui pourrait arriver de pire avec tes vidéos ? ».
Celle-ci ne traite d’aucun sujet brûlant, je n’y suis pas dénudée, je n’y menace aucune sécurité d’état… Bref, bien plat pour les curieux des réseaux sociaux qui ne seraient pas concernés par le thème finalement.

Puis, même si dans le pire des scénarios grandes catastrophes de fin du monde, toutes les personnes mal intentionnées ou qui ont besoin de vider leurs mauvaises émotions quelque part se mettaient à s’en prendre à ma vidéo, j’aurais toujours le choix d’enlever les commentaires.

👉🏽 Considérer l’utilité de ce que je veux partager dans ma vidéo

Les histoires que l’on vit nous semblent souvent banales. Mais tout comme celles d’autres personnes peuvent parfois nous servir, nos retours d’expériences aussi pourraient être utiles à d’autres.
En partageant ma vidéo, je peux peut-être changer la vie de quelqu’un qui rencontre les mêmes problématiques que moi dans son parcours de vie et qui recherche réellement une solution.

👉🏽 Agir malgré la peur

Ceci étant dit, au moment de cliquer sur l’option « partage public » j’étais comme dans une autre dimension, presque figée devant mon ordinateur. Mais, j’ai tenu quand même à faire honneur à mes mains que j’avais complètement gelées en restant dans le froid. Ce jour là, le thermomètre etait au plus bas et je suis restée à l’exterieur pour essayer d’avoir la meilleure lumière avec mon téléphone entrée de gamme capricieux.

Alors, j’ai cliqué. Moi, qui me suis forcée tardivement à être sur Facebook, pour échanger autour d’un projet dans ma ville. Je n’ai jamais vraiment pris le temps d’utiliser les autres réseaux sociaux et j’ai eu l’impression, avec cette vidéo, d’entrer dans la même ère digitale que mes enfants. Ils ont applaudi de joie. Quel événement ! 😂
Que d’émotions. Je me suis bien récompensée avec ma boisson du bonheur qui calme le stress après ça.

Voici cette fameuse première vidéo si vous souhaitez la visionner.
Les 2 abonnés de ma chaîne au moment où je tape ces lignes sont ma fille et mon mari et je vous laisse deviner de qui viennent les deux pouces bleus ! ✨✨✨

Ce que je retiens de cette expérience de commencer sur YouTube

Voilà, comment je suis passée de mes peurs, à l’action.

Je me suis sortie de ma zone de confort. J’ai opté pour la cohérence avec mon projet professionnel, mais également pour la congruence avec ce que j’essaie de partager aux autres sur la confiance en soi.
J’ai décidé d’oser.

Si comme moi vous avez cette crainte de vous exposer en vidéo sur des plateformes comme YouTube, alors que c’est un élément important pour le travail que vous avez choisi, j’espère que cette petite expérience vous encourage.

J’espère que je vous ai un peu donné envie de ne plus procrastiner, de sauter le pas et  juste oser prendre votre envol malgré vos incertitudes !

Aviez-vous peur vous aussi de vous montrer en vidéo sur le web ?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! 🤗

15 Commentaires

  1. Merci pour ton article et pour ton courage Véro ! Moi qui n’ai pas encore lancé de chaîne youtube, je suis surmotivée en lisant ton article ! J’aime bien aussi me rappeler que même s’il n’y a au final que 2% de personnes intéressées par notre démarche, 2% sur le web, c’est énorme !

    Réponse
    • Quel bonheur de lire ton commentaire. Cela me donne la sensation d’avoir fait quelque chose d’utile. Merci d’avoir pris le temps de l’écrire.

      Réponse
  2. Wouah ! Je te remercie Véro pour la motivation et la bonne humeur que tu m’apportes ! Je vais sauter le pas aussi, c’est décidé 🙂 Bonne suite à toi. Sincèrement, Céline

    Réponse
    • Ton commentaire me fait chaud au coeur. Si mon expérience t’aide à faire le pas, j’en serai vraiment heureuse. Go go go Céline ! 😄

      Réponse
  3. Merci Véro pour ton témoignage. Je viens juste de lancer ma chaîne YouTube et j’ai vraiment de mal. Alors toutes tes réflexions vont beaucoup m’aider 🙂

    Réponse
    • Avec plaisir christine. Je me rends compte qu’on est beaucoup à avoir cette peur de s’exposer dans le monde numérique. Merci pour ton partage d’expérience 🌺

      Réponse
  4. Bravo pour ta 1ère vidéo! Elle est vraiment très bien !! Il se trouve que je viens tout juste de lancer ma chaine Youtube également. Alors, ton article est tombé à pic! En revanche, pour cette 1ère j’ai plus fait un podcast qu’une vidéo mais ce sera pour la prochaine fois 😉

    Réponse
    • Merci Delphine pour tes encouragements ! Je crois que le plus dur est de faire le premier pas. On sera plus à l’aise pour publier les prochaines ! 😊

      Réponse
  5. Vero, merci pour ce remonte-moral. Et oui, je fais partie de ceux et celles qui retardent ce moment… qui cherchent le bon sujet, le bon cadrage, bref qui tournent autour du pot. Ton expérience m’inspire, me soutient.

    Réponse
    • Merci pour tes bons mots ! Je suis contente si ce partage d’expérience peut t’aider à aller de l’avant.

      Réponse
  6. Bravo de t’être lancée dans l’aventure et merci pour cet article très motivant. La vidéo est très sympa aussi, on ne dirait même pas que tu es transie de froid. Finalement, la technique, tu as su la dompter suffisamment pour faire passer l’essentiel ! Encore bravo et continue d’oser.

    Réponse
    • Hahaha, pour le froid qui ne se voit pas, je suis tellement contente de ne pas avoir eu à enlever le shake de mes bras qui tremblent sur les images. Merci beaucoup pour tes encouragements ! Prochaine étape, une vidéo sur ma thématique de blog.

      Réponse
  7. Bravo tu me ferais presque franchir le pas!! Ces 3 points essentiels que tu présentes m’ont convaincue qu’il faut savoir se lancer et que le bonheur est aussi dans ces moments où les barrières tombent . Merci!

    Réponse
  8. Super ! Bravo pour ton pas en avant, un vrai grand pas en somme !
    J’adore la phrase : “qu’est-ce qui peut arriver de pire” ?
    C’est une phrase que je me répète souvent, quand j’ai peur de faire quelque chose, que je ressens une peur déraisonné.
    Encore félicitations !

    Réponse
  9. Ahhh..d’abord elle est très bien ta vidéo. Ensuite,.grand merci ! vraiment. Comme je suis BP aussi, que je n’arrive toujours pas à passer à la vidéo, c’est tout naturellement que j’ai cliqué sur ton article.
    Et bing !!! oui, ça me donne des tas de pistes pour rebondir et trouver le courage de faire ces…(gros mot) de vidéos. Car en effet, qu’est-ce que je risque ?
    merci, merci et encore merci…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 21 =


Pin It on Pinterest

Share This