Sélectionner une page

« The Dash », que veux-tu écrire entre les deux grandes dates de ta vie ?

par | Développer sa confiance en soi

Connaissez-vous l’œuvre « The Dash » de l’auteure Linda Ellis ?

C’est un poème qui parle de ce qu’on veut écrire entre la date du début et la date de fin de notre vie. Cette auteure américaine nous interpelle sur le trait d’union entre les deux journées gravées sur le marbre des dernières demeures des hommes. Le lien entre le jour qui nous a vus naître et le jour qui nous verra partir vers l’inconnu. Le vrai. Celui dont personne n’est encore revenu pour nous raconter. 
En adhérant récemment à un réseau professionnel, ma curiosité m’a amenée à regarder d’innombrables profils de personnes de toutes les origines et de tous les métiers. J’ai vu des titres qui impressionneraient un roi de l’univers. J’ai lu des descriptions détaillées de réalisations brillantes et grandioses. J’ai survolé des présentations discrètes et rapides. Des autoportraits hésitants. Des parcours satisfaits. Des aventures sans passion. Des cheminements enflammés. Mais je suis également tombée sur des intitulés aussi simples que père ou mère de famille, sans exposés de leurs achèvements. Comme si ceux-ci étaient une évidence.
Même si la vie ne peut se resumer à un profil professionnel, tout cela m’a fait penser au poème « The dash ».
LE « trait-d’union » entre la vie que l’on a reçue sans choisir et celle que l’on choisit de s’offrir.

Le pouvoir de la décision

Nous n’avons pas le contrôle sur ces deux dates. Mais, nous avons la possibilité de choisir ce que nous allons faire du tiret qui les relie.
Peut-être en ferons-nous juste un titre, sans histoire. Peut-être y inscrirons-nous une histoire, sans grand titre. Peut-être y laisserons-nous les deux.
Une seule chose est sure, chaque humain a son tiret à tracer. Que ce soit en ligne droite ou avec des détours, en trait fin ou en double gras, en pointillé ou d’une seule traite, chacun a le pouvoir d’en décider.
Même si parfois on aimerait bien pouvoir faire porter le crayon à d’autres personnes ou juste à des situations, parce qu’être l’artiste de son propre trait d’union peut aussi être épuisant, chaque individu demeure l’unique créateur de son tiret.

Oui, mais… il y a des excuses valables

Qui n’a jamais objecté d’un « Oui, mais… » ou d’un « On n’a pas toujours le choix » devant une situation que l’on souhaite éviter d’affronter ?
Notre cerveau, qui consomme quand même 20 % de notre énergie, a développé une capacité à limiter ses dépenses énergétiques à ce qui est en lien direct avec notre survie et notre sécurité.
Afin d’y parvenir, il va éviter tout ce qui représente une insécurité, en matière de dépense d’énergie. Il va préférer éviter de perdre ce dont il a déjà connaissance plutôt que d’essayer de gagner ce qu’il ne connait pas et qui pourrait necessiter plus d’énergie.
C’est ainsi que notre intelligence nous a permis de concevoir un concept formidable pour ne pas agir vers ce qui pourrait représenter un gain incertain ou une perte que l’on peut éviter. Nous avons donc inventé les excuses.
Ce sont des raisons qui nous permettent de justifier tous nos manquements, même à nos propres valeurs.
Et pour les fois où elles ne suffisent pas, nous avons aussi imaginé « l’excuse valable ».
L’échappatoire ultime contre la responsabilisation. Le vrai prétexte qui nous octroie le droit de ne pas tracer notre trait, voire même de jeter tous les crayons en espérant que le tiret se dessine de lui-même.

Le besoin de cohérence

Cependant, il arrive aussi que bien que nous n’ayons créé aucune excuse, la decision seule semble ne pas suffire. Nous ne ressentons alors pas l’entrain et la fluidité pour agir vers ce qui initialement nous importait. Cet état peut nous retenir d’avancer et nous maintenir dans un statu quo.
A ce moment-là, prendre le temps de ramener nos peurs à la conscience est primordial. La simple question de se demander si notre décision est en cohérence avec les valeurs qui nous nourrissent peut devenir un outil puissant pour nous débloquer de cette situation. En effet, notre cerveau a besoin de detecter une logique dans la dynamique de notre fonctionnement.

La cohérence exprime l’absence de contradiction … //… elle définit la qualité d’un tout qui présente de l’ordre, dégage du sens et exprime des valeurs.

 

Une personne est pleinement cohérente lorsque ses attentes, ses intentions …//… ses actes s’accordent et se trouvent alignés sur un même axe, orientés dans une même direction. Toute son énergie est alors focalisée vers un seul but.

Extrait de “Confidences d’un homme en quête  de coherence” de Thierry Janssen, Éditions Les liens qui liberent, 2012                        
C’est pourquoi, dessiner un tiret heureux entre les deux principales dates de notre vie passe d’abord par la
garantie d’une cohérence entre ce que nous decidons au niveau de la tête et ce que nous portons profondément en nous dans notre coeur.

La puissance du nouveau départ

Avez-vous remarqué qu’à chaque début, à chaque nouveau départ, que ce soit dans une relation, dans un projet ou n’importe quel parcours de notre vie, notre énergie est telle que le cerveau n’a pas besoin de fabriquer des excuses ? C’est un moment où l’on peut se sentir une âme de conquérant, comme décrit dans le Modèle d’Hudson, professeur universitaire et expert en développement des adultes.
Dans son modèle sur les cycles de la vie, Fredrerich Hudson identifie le lancement d’un nouveau départ comme une des 4 phases du cycle de la vie d’un adulte.
C’est une phase où notre énergie est haute et positive et où la joie et l’enthousiasme sont au beau fixe. C’est pourquoi lorsque la monotonie s’installe et que l’énergie s’estompe, il devient primordial de vivre une petite transition afin de retrouver l’enthousiasme de la phase de lancement.
Ainsi, en insufflant de temps à autres l’énergie d’un nouveau départ dans nos vies, nous serons en mesure d’enrichir notre plus beau trait d’union, notre « dash », d’un souffle de grâce et de vitalité.

« Tout peut changer aujourd’hui, est le premier jour du reste de ta vie »

Je partage ici avec vous ces paroles d’une chanson que j’apprécie beaucoup et qui peut-être trouveront une résonnance en vous.

Debout peu importe le prix, suivre son instinct et ses envies
Les plus essentielles
Tu peux exploser aujourd’hui est le premier jour du reste de ta vie
Non accidentel
“Le premier jour”, Etienne Daho, album “Singles”, 1997
Alors, même si vous avez par le passé jeté le crayon, il n’est jamais trop tard pour le reprendre en main et recommencer à tracer la plus belle version de votre trait d’union.

Que choisissez-vous d’inscrire dans l’espace de votre “dash” ? Quel nouveau départ vous offrez-vous aujourd’hui ? 

6 Commentaires

  1. Personnellement, le destin, je n’y crois pas. On pense d’ailleurs être quelqu’un tout le restant de sa vie.. et se découvrir une nouvelle nature, de nouveaux objectifs, une nouvelle vie ! Et c’est pas plus mal, ça fait partie de la condition humaine et de son évolution. En tout cas, merci pour ton article 🙂

    Réponse
  2. Très intéressant ! J’aime beaucoup l’image du trait d’union ! En effet, c’est à nous de choisir ce que l’on en fait et il n’y a pas de manière “juste” de le faire à nous d’explorer 😉

    Réponse
  3. Merci pour cette belle réflexion. Je suis également convaincu que nous avons le pouvoir, si ce n’est la responsabilité, de choisir notre vie, même si nous l’oublions souvent et nous laissons porter par les circonstances, les attentes de notre entourage… Nous sommes responsables de notre vie, ce qui ne veut pas dire pour autant que nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive dans la vie ! A mon sens, il existe bien des “excuses valables”. Mais la différence se fera dans la manière dont nous choisirons de répondre à ces épreuves de la vie.

    Réponse
  4. Merci pour ce bel article qui pousse à la réflexion, et surtout… à l’action. C’est bon de se rappeler que nous sommes acteurs de notre propre vie et que c’est à nous d’en faire ce que l’on souhaite.

    Réponse
  5. Bonjour Vero,
    Ha la responsabilisation…
    Pour certain il est évident qu’ils sont responsables de créer ce fameux trait d’union. Pour d’autres au contraire, il semble impossible.
    Comme tu le dis si bien dans ton article on invoque de bonnes raisons… Notre cerveau est le roi pour cela !
    Pourtant il est important de ne pas tomber dans le piège, car pour l’instant, jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons qu’une seule vie.
    À nous de la rendre authentique et merveilleuse.
    Au plaisir d’une prochaine lecture.

    Réponse
  6. Et bien, quel bel article! C’est vrai que c’est tellement facile de se trouver des excuses pour ne pas passer à l’action. Je trouve ton image du trait d’union tellement parlant..
    Tu donnes envie en tous cas de se bouger et de ne pas laisser passer l’occasion de le tracer ce trait d’union! Pour ma part, je me suis permise de prendre un nouveau départ il y a un petit temps et, même si ce n’est pas facile tous les jours, ça en vaut vraiment la peine 😊

    Réponse

Qu'en pensez-vous ?

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :